Accueil > Recherche : LETG-Caen

Recherche : LETG-Caen

Dernier ajout : 23 août.

L’activité scientifique de l’UMR LETG est organisée autour de 3 axes scientifiques :
- Littoral
- Environnements continentaux
- Télédétection - Géomatique
Le RASTer, Réseau d’Accompagnement Scientifique et Technique de la Recherche, complète ce dispositif.

Projets de recherche

Programmes internationaux

Programmes nationaux

Programmes régionaux

  • RAIVcôte - Risque et Aléa inondation de villes côtières : Approche quantitative et diffusion par la réalité virtuelle | 2018-2019

    Les processus inondation constituent la forme la plus dangereuse, la plus coûteuse des risques naturels mais également la plus variée (débordement de cours, submersions marines, crues rapides, ruissellements urbains…). Certains espaces sont particulièrement vulnérables car ils se situent au point de convergence et d’interaction de divers aléas hydrologiques qui démultiplient le risque. Les espaces côtiers sont évidemment emblématiques de ces zones à risques croisés. Les populations côtières se sont le plus souvent implantées au débouché des vallées car ces dernières sont les seuls liens entre la mer et l’intérieur des terres. Or, ces espaces topographiquement bas sont naturellement sensibles aux inondations par la mer et les cours d’eau. Les villes côtières normandes n’échappent pas à ce constat et ont déjà payé un lourd tribut (humain et financier) par le passé. Cette sensibilité à l’aléa inondation continentale et marine risque également de s’aggraver dans un contexte de changement climatique induisant, d’une part, une élévation du niveau moyen des mers qui pourrait atteindre voire dépasser le mètre en 2100, et d’autre part, de possibles abats d’eau ponctuels et plus violents, favorables aux crues/inondations. Dans de nombreuses vallées de Normandie, ces deux aléas au contact terre-mer sont parfois concomitants. Différents types d’aléas seront étudiés (submersion marine, débordement de cours d’eau, coulée de boue) et certains se forment bien en retrait de la zone côtière et le plus souvent étudiés de manière dissociée. L’objectif de ce projet est bien de faire converger les connaissances pour répondre à des questions communes sur le devenir des villes côtières. Dans ces dernières de nouveaux défis s’imposent aux acteurs et décideurs qui se doivent de coordonner ces contraintes environnementales nouvelles, la complexité des procédures de l’aménagement ou de la protection des biens et des personnes, tout en maintenant l’attractivité des territoires. Dans ce contexte, l’acceptation sociale des projets devient un enjeu fondamental qui dépend de l’appropriation de la connaissance par les acteurs du territoire, et donc des modalités de diffusion de cette dernière, et des choix de projets potentiels. L’importance de l’aléa inondation (marine et continentale), et de sa possible aggravation conduit à revoir les politiques de gestion, notamment parfois la relocalisation des biens et des personnes. Ce type de projet impose une réflexion co-construite entre les scientifiques, les décideurs et les populations concernés, dont le point de départ est le partage d’une culture du risque. C’est pourquoi, ce projet qui rassemble des scientifiques issus de diverses disciplines (sciences physiques, sciences naturelles, sciences humaines) a pour objectifs (1) d’améliorer la connaissance de l’aléa inondation marine et continentale actuel, (2) d’étudier et de cartographier l’évolution de ces phénomènes dans le cadre d’un changement climatique et d’une élévation du niveau marin induite (modélisations numériques), (3) de diffuser les résultats de la recherche auprès des décideurs, des aménageurs et des populations en faisant appel à un outil novateur, la réalité virtuelle et augmentée qui permettra aux acteurs, d’une part, de « vivre ou revivre » les aléas actuels et ceux estimés dans le cadre du changement climatique, et d’autre part, de se promener dans leur paysage, voire dans leur possible ville côtière de demain. Cette recherche bénéficie de collaborations engagées par les équipes partenaires, et ce, à diverses échelles : inter-RIN (Terre-Mer, Digitale, Humanités et Sociétés), intersites (Caen, Rouen), mais aussi interrégionales, nationales et internationales, notamment dans le cadre de projets terminés ou en cours (Projet SWOT du CNES et NASA, ANR RICOCHET …).

  • TéléDETaC (Télédétection par DronE du Trait de Côte) | 2017-2019

  • CEZURES | 2014-2016

    Continuité Ecologique : Zones hUmides et Restauration Ecologique dans le bassin de la Sarthe amont

    Responsable :

    BONNEFOND M., CORBONNOIS J. et ROLLET Anne-Julia

    Participants LETG : CADOR Jean-Michel, DAVIDSON Robert, DELAHAYE Daniel, DUFOUR Simon, ROLLET Anne-Julia

    Équipes de recherche : Axe Environnements continentaux, Axe Télédétection Géomatique

    Financeur : Régions Basse Normandie et Pays de Loire

Autres sources de financements

Nos tutelles

  • CNRS

Outils et productions collaboratives

  • Accédez directement aux différentes ressources de l’UMR LETG

    - Les Géographics, le florilège cartographique des productions de l’UMR
    - POPS : la Plate forme cOllaborative de gestion de Projets Scienfifiques
    - INDIGEO : l’infrastructure de données géographiques