Accueil > Soutenance de thèse de Clément Harmange

Soutenance de thèse de Clément Harmange

Date : 28 juin 2019

Lieu : Faculté des Sciences AMPHI L006, 2, boulevard Lavoisier, 49045 ANGERS Cedex 01

Clément Harmange soutiendra sa thèse intitulée :
"Survivre en agrosystème céréalier - le défi de la Perdrix grise : sélection d’habitat, compétition interspécifique et traits individuels".
Vendredi 28/06/2019 à 14h00

Membres du jury

  • Rapporteur : Daniel Fortin Professeur titulaire, Université de Laval (Québec)
  • Rapporteur : Romain Julliard Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle
  • Examinateur : Nicolas Aebischer Directeur Adjoint, Game & Wildlife Conservation Trust (Royaume-Uni)
  • Examinatrice : Joséphine Pithon-Rivallain Enseignante-chercheur, Ecole Supérieure d’Agricultures
  • Examinatrice : Sabrina Gaba Directrice de recherche, INRA-CEBC
  • Directeur : Olivier Pays-Volard Maitre de conférences (HDR), Université d’Angers
  • Directeur : Vincent Bretagnolle Directeur de recherches, CNRS-CEBC
  • Co-encadrant : Mathieu Sarasa Directeur de recherches, BEOPS

Résumé

La sélection de l’habitat est définie comme un processus comportemental en réponse à des stimuli environnementaux telles que la disponibilité en ressources (alimentation, refuges) et la présence de menaces (compétiteurs, prédateurs). La compréhension des mécanismes sous-jacents est essentielle en écologie et permet d’identifier et d’appréhender les facteurs limitant les populations. L’enjeu de cette thèse était d’identifier les facteurs limitants (paysages, pratiques cynégétiques) et la réponse des populations de Perdrix grise (Perdix perdix) soumises à gestion cynégétique (apports annuels d’oiseaux d’élevage, sans arrêt de la chasse). Les patrons de sélection d’habitat ont varié vers un évitement moins prononcé des habitats associés à un fort risque de prédation, dans le même temps que la qualité d’habitat a diminué et que la prévalence d’oiseaux d’élevage a probablement augmenté dans la population. La compétition interspécifique avec la Perdrix rouge affecte également la sélection de l’habitat de la Perdrix grise. Certains individus démontrent une capacité d’ajustement comportemental (rythme d’activité, sélection de l’habitat, de l’espace) à la structuration du risque au cours du cycle circadien, possiblement influencée par des déterminants individuels (personnalité, état sanitaire). La qualité d’habitat, les pressions de prédation et de chasse sont des facteurs structurants des populations. Une gestion cynégétique basée sur l’apport d’oiseaux naïfs et d’espèces compétitrices, un dérangement lié à la chasse en phase post-lâcher et une non-évaluation préalable de la qualité de l’habitat, rendent le maintien des populations de Perdrix grise sur un territoire très incertain.

Nos tutelles

  • CNRS

Outils et productions collaboratives