Accueil > Soutenance de Thèse de Véronique Michot

Soutenance de Thèse de Véronique Michot

Date : 29 novembre 2017

Lieu : "salle des thèses", 7ème étage du bâtiment P, Université Rennes 2

J’ai le plaisir de vous informer de la soutenance de ma thèse le mercredi 29 novembre à 13h30, à l’Université Rennes 2, dans la "salle des thèses" au 7ème étage du bâtiment de la Présidence (P).

L’intitulé de la thèse est : "Analyse spatiale et temporelle de la variabilité des régimes de précipitations dans le bassin amazonien"

"Analyse spatiale et temporelle de la variabilité des régimes de précipitations dans le bassin amazonien"

Les membres du jury seront :

Vincent Moron, Professeur à l’Université d’Aix-en-Provence / rapporteur
Daniel Vila, Chercheur à l’INPE (Cachoeira Paulista, Brésil) / rapporteur
Pierre Camberlin, Professeur à l’Université de Dijon / examinateur
Beatriz Funatsu, chercheur CNRS / examinateur
Josyane Ronchail, Maître de Conférence à l’Université Diderot / co-directrice de thèse
Vincent Dubreuil, Professeur à l’Université Rennes 2 / directeur de thèse

Résumé :

Dans la zone intertropicale, les précipitations sont le principal marqueur climatique saisonnier et déterminent très largement l’hydrologie de surface et de nombreuses activités anthropiques. Le bassin amazonien est caractérisé par divers régimes régionaux de précipitations, dont la variabilité spatiale et temporelle est forte. De nombreux travaux ont montré que cette variabilité est liée à des forçages externes de large échelle, comme les températures de surface de l’océan. L’étude des précipitations dans cette région porte le plus souvent sur les tendances ou les extrêmes pluviométriques. En revanche, la détection d’années similaires constituant des sous-régimes régionaux et leur lien avec une configuration océano-atmosphérique particulière a été, jusqu’à présent, peu abordée. L’objectif principal de cette thèse est ainsi de créer une typologie des sous-régimes de précipitations régionaux dans le bassin amazonien et de les mettre en relation avec le contexte océano-atmosphérique pouvant en partie les expliquer. Dans ce but, des données issues de 205 pluviomètres répartis sur 5 pays du Bassin Amazonien ont été sélectionnées et soumises à une série de tests statistiques et de reconstruction. Cette thèse utilise également des données de nébulosité (Outgoing Longwave Radiation), de flux d’humidité et de température de surface de l’océan ainsi que des données satellitaires (TRMM3B42 version 7) qui permettent de compléter les informations sur la variabilité spatiale des pluies.

Au sein de chacune des sept régions amazoniennes déterminées dans ce travail, deux à quatre sous-régimes de précipitations ont été détectés. Parmi les vingt-six sous-régimes, vingt sont associés à des anomalies de circulation des flux d’humidité et de température de surface des océans. Les sous-régimes de pluies de la moitié nord et les Andes de l’ouest du bassin sont le plus liés à des anomalies océaniques. De plus, comme cela est régulièrement décrit, des déficits ou excédents correspondent souvent à des phases El Niño ou La Niña, mais cette thèse met également en évidence le rôle important de l’Atlantique, en particulier sud, sur le déplacement de la ZCIT et sur les flux d’humidité ; et elle souligne également le lien entre la temporalité des événements océaniques et celle des anomalies de pluies.

Le produit TRMM 3B42 V7 permet d’aller plus loin dans l’analyse de la variabilité spatiale intra-régionale des pluies de la région Nord-est du bassin amazonien et de relativiser la cohérence spatiale des sous-régimes de précipitations de cette région.

Nos tutelles

  • CNRS

Outils et productions collaboratives

  • Accédez directement aux différentes ressources de l’UMR LETG

    - Les Géographics, le florilège cartographique des productions de l’UMR
    - POPS : la Plate forme cOllaborative de gestion de Projets Scienfifiques
    - INDIGEO : l’infrastructure de données géographiques